Le contexte de la Saint-Jean de 1990 est fortement marqué par l’échec de l’Accord du lac Meech, qui devait permettre au Québec de réintégrer « dans l’honneur et l’enthousiasme » (selon les mots de Lucien Bouchard au moment où il était encore ministre conservateur) la Confédération canadienne, lui qui n’avait toujours pas signé la Constitution que Pierre Elliott Trudeau avait rapatriée unilatéralement en 1982.

Brian Mulroney, dont le gouvernement conservateur succéda à celui de Trudeau en 1984, s’était donc donné comme mission de réconcilier la famille canadienne et de réparer l’affront fait au Québec suite à l’échec référendaire de 1980. Pour ce faire, il mit sur pied une ronde de négociations constitutionnelles devant s’atteler à répondre aux demandes particulières du Québec, formulées comme suit: Lire la suite