J’ai le plaisir de coanimer, jusqu’à la fin de l’été et avec mes acolytes Benjamin Hogue et Simon Beaulieu, l’émission les Étés Généraux à CIBL. Lors de l’émission du 19 juin dernier, où nous avons reçu en entrevue le député indépendant Pierre Curzi, j’ai fait un topo historique sur la fête nationale et la place du symbolique en politique. L’extrait se termine par une proposition pour un nouveau totem pour le Québec, la Tête de la Tortue. Lire la suite


Pettit garçon en saint Jean-BaptisteLa tradition du défilé est sans doute la plus caractéristique de la Saint-Jean-Baptiste. Tous, et plus encore les plus vieux, ont en tête le petit garçon frisé accompagné de son mouton, représentant saint Jean-Baptiste, qui clôturait chaque année le défilé. Cette mise en scène du saint patron des Canadiens français, qui émergea vers les années 1860, allait devenir, un siècle plus tard, l’image même d’un nationalisme canadien-français traditionnel, conservateur, teinté de religion et quelque peu infantilisant que les nationalistes québécois voulurent remplacer.

Il ne s’agissait d’ailleurs pas des premières attaques contre cette représentation (le petit garçon frisé) de saint Jean-Baptiste issue des peintures renaissantes du XVIe siècle. Ainsi, dès 1911, Ollivar Asselin, alors président de la Société Saint-Jean-Baptiste, avait vertement critiqué ce symbole, ce qui lui avait d’ailleurs valut un flot de critiques tel qu’il avait dû démissionner de son poste: Lire la suite